Ambroise Liébault. Médecin «hors du commun».

Je dépose dans cet espace un petit article que j’avais écrit il y a quelques années pour la superbe revue d’Arts, Mosaïque, car il nous permet d’évoquer la mémoire du Dr Ambroise Liebault. Notre confrère du 19eme siècle fut un précurseur des Thérapies d’Activation de Conscience. Ses techniques d’induction étaient « motrices » : il demandait à ses patients, assis sur un tabouret (pour centrer leur attention, de tourner rapidement leurs avant-bras (comme font les enfants qui chantonnent et jouent à Tourne, Tourne, Petit moulin…). Ses suggestions, directes, étaient énoncées à haute et claire voix, pour que les patients les entendent bien « consciemment » et ne les oublient pas.

Découvrons-le.

Ambroise est un humaniste dans le sens concret du terme. Fils d’un modeste fermier lorrain, il naît en 1823 dans cette région européenne disputée depuis toujours par la France et l’Allemagne. Il entame des études de théologie qu’il abandonne à l’âge de vingt ans pour embrasser celles de médecine. En 1850 il s’établit comme médecin de campagne dans un petit village rural prés de Nancy. Lors de ses études il a lu avec plaisir des livres sur l’hypnotisme, en particulier ceux de Mesmer et de Braid. Cependant, son directeur de thèse lui interdit d’étudier cette méthode qu’il juge dangereuse et farfelue.  Il utilise cependant cette nouvelle technique auprès de sa clientèle et obtient des succès. En 1860 il lit une revue médicale dans laquelle le plus grand chirurgien de l’époque, le Pr Velpeau décrit une opération pour laquelle l’hypnose fut utilisée comme moyen anesthésique. Il s’agissait d’une jeune femme qui présentait un cancer du sein et nécessitait une ablation complète de cet organe. Elle fut anesthésiée par un autre médecin célèbre, Paul Broca, qui devint un de nos plus brillants neurologues. Velpeau opéra avec succès cette patiente qui ne ressentit aucune douleur lors de l’intervention et récupéra rapidement un bon état de santé en quelques jours. La notoriété des médecins qui avaient utilisé l’hypnose renforça en Liébault son penchant pour cette technique et il résolu de s’y consacrer exclusivement. Il quitte la campagne et  va s’installer dans les faubourgs de Nancy où il ouvre une clinique dans laquelle il soigne gratuitement les patients peu fortunés lorsqu’il utilise l’hypnose. Il est mis au ban par ses confrères qui le traitent de charlatan, car il utilise l’hypnose, ou d’imbécile, puisque il traite gratuitement. Il maintient cependant son cap, publie un livre sur l’hypnotisme qui ne connaît pas le succès et se fait remarquer par le Pr Hippolyte Bernheïm qui dirige la psychiatrie à Nancy. Bernheïm est un brillant psychiatre qui s’intéresse aussi à l’hypnose et étudie les phénomènes psychologiques en lien avec la suggestion. Il entend parler des succès thérapeutiques de ce modeste médecin venu de la campagne et il lui rend visite pour observer son travail. Ce qu’il remarque au cours de cette journée d’observation le surprend et l’émerveille. Le grand professeur propose au modeste médecin une association. Liebault accepte et ils créent ainsi l’école d’hypnotisme de Nancy. Cette école développe des idées diamétralement opposées à celles que développe à la même époque l’école d’hypnotisme de La Salpétrière. L’école parisienne, dirigée par le Pr Charcot décrète que l’hypnose agit sur un fluide magnétique et qu’elle ne peut être pratiquée que sur des femmes hystériques. Pour Nancy, le phénomène de suggestion explique les succès thérapeutiques observés chez les patients hypnotisés. Cette école acquiert une renommée mondiale et après des années de dispute, les idées de l’école de Nancy vont être reconnues par l’ensemble du monde médical. Des médecins prestigieux, Sigmund Freud, Ivan Pavlov, Vladimir Bechterev, Auguste Forel, Morton Prince viennent d’Autriche, de Suisse, de Russie, des USA pour s’informer et se former auprès de Liebault. Un pharmacien de Troyes vient aussi étudier cette technique de suggestion pour accentuer l’action curative des médicaments ; apôtre de l’effet placebo, c’est le Dr Emile Coué qui va développer sa célèbre méthode de persuasion en suivant les conseils de Liebault.

Ambroise Liébault était un homme simple, intelligent, honnête. Il était surnommé «le brave docteur Liebault» par ses patients. Malgré la renommé il continua à soigner gratuitement les pauvres jusqu’à sa retraite en 1891, à l’âge de 75 ans. Il rejoint le panthéon des pionniers de l’hypnose dans le silence enneigé d’un frais matin de février 1904.

Exercice d’auto-hypnose à la mode de Liebault.

Petit exercice pour vaincre le stress;

1

Bien équilibré, en position assise sur un tabouret.

2

Fermer les yeux et ressentir pendant quinze secondes les sensations de stress dans le corps.

3

Placer les doigts des deux mains face à face en portant les mains devant le corps à la hauteur du cou

4

Laisser venir un souvenir récent ou ancien d’une action physique agréable dans la nature. Accepter le premier souvenir qui vient à l’esprit.

5

Retrouver les sensations ressenties le jour de ce souvenir. La position du corps, des mains, le regard, les sonorités de la nature pendant une minute.

6

Laisser les mains descendre lentement pour aller se poser sur les jambes (habituellement la descente s’effectue en une à trois minutes.

7

Lorsque les mains sont posées sur les jambes, effectuer une profonde inspiration, ouvrir les yeux et réaliser un bel étirement des bras pour reprendre harmonisé et tonifié le cours de votre journée.

À propos de l'auteur

Laisser un message

*