GEORGES ALBERT BRUTUS EDOUARD ET WOLFGANG AMADEUS

– Putain ! merde ! salope ! Le gamin de treize ans qui prononce ces jurons, les accompagne d’un geste obscène, dirigé vers la jeune femme qu’il apostrophe. Vous pensez sans doute qu’il s’agit d’un de ces jeunes “trublions” qui font la une des journaux depuis quelques mois. Détrompez-vous, ce jeune homme, la plupart d’entre vous l’aiment et l’admirent. Son nom : Mozart ; prénom : Wolfgang Amadeus. Cette image d’un Mozart grossier est assez peu connue, bien qu’elle soit reprise dans le célèbre film de Milos Forman “Amadeus”, où nous voyons le héros se livrer à des jeux salaces. Mozart présentait un désordre neurologique : le syndrome de Gilles de la Tourette. Cette maladie se caractérise par des tics importants associés à une incapacité de contrôler son langage lors des crises e...
Continuer

Le plaisir ? C’est l’absence de douleur. Platon

Enfant, j’éprouvais une véritable «frousse» lorsque une fâcheuse carie me forçait à m’enfoncer dans le fauteuil d’un dentiste. J’ai grandi, j’ai pris de l’âge et j’ai appris l’auto-hypnose. C’est mon expérience dans ce domaine qui va me permettre de vous enseigner un exercice que vous pourrez appliquer en cas de douleur dentaire, bien sûr, mais aussi de douleurs consécutives à une chute, à un traumatisme ou aux désagréables poussées d’arthrose ou de rhumatismes. Auparavant, lisez ces quelques lignes, écrites pour vous éclairer et lever vos doutes quand à l’efficacité de cette redoutable arme anti-douleur : l’auto-hypnose. Nous sommes à Paris, à la fin des années 80, un pluvieux dimanche d’automne. Je participe à deux journées de formation sur l’emploi de l’hypnose chez l’enfant...
Continuer

Ambroise Liébault. Médecin «hors du commun».

Je dépose dans cet espace un petit article que j’avais écrit il y a quelques années pour la superbe revue d’Arts, Mosaïque, car il nous permet d’évoquer la mémoire du Dr Ambroise Liebault. Notre confrère du 19eme siècle fut un précurseur des Thérapies d’Activation de Conscience. Ses techniques d’induction étaient « motrices » : il demandait à ses patients, assis sur un tabouret (pour centrer leur attention, de tourner rapidement leurs avant-bras (comme font les enfants qui chantonnent et jouent à Tourne, Tourne, Petit moulin…). Ses suggestions, directes, étaient énoncées à haute et claire voix, pour que les patients les entendent bien « consciemment » et ne les oublient pas. Découvrons-le. Ambroise est un humaniste dans le sens concret du terme. Fils d’un modeste fermier lorrain, il...
Continuer